Accompagnement plastique individuel #2
Ici, j’ai accompagné une demoiselle de 7 ans 
nommée Eliz.



Objectif : gagner en confiance, sortir des petits formats ou coloriage au format A4, toucher davantage la matière et oser la couleur.

Je lui ai donc suggéré de l’acrylique (pour le temps de séchage), des couleurs également métalliques à mélanger, de grands et larges pinceaux, des feutres, des crayons, du scotch ainsi qu’un vidéo projecteur .


Première toile : 
vidéo projecteur + un thème personnel d’une tête de mort mexicaine (curieux choix), ce qui a permis de mettre en confiance cette enfant afin de dessiner en plus grand. Elle est revenu au feutre pour colorier celle-ci. Nous avons mis la toile de côté, n’ayant plus d’inspiration pour le moment.

Nouvelle toile :
nouvel exercice, commencer d’abord par un fond coloré en lui proposant un rouleau de scotch à masquer. Je lui ai expliqué l’utilisation dans la peinture de bâtiment : masquer les zones où l’on souhaite ne pas peindre afin d’éviter les débordements. Un peu hésitante elle a posé une bande de scotch sur la largeur de la toile en diagonale (pour plus de dynamique). Puis utilisation de la peinture, elle a choisi deux couleurs, l’une métallique l’autre rose.

En attendant le séchage de cette seconde toile, nous sommes revenus sur la première, rouleau de scotch encore en main, elle en a posé partout sur sa toile ! Et c’est partie pour la couleur, du fluo, du vert, du rouge avec un coup de main pour faire le contour de la tête sans déborder.

Puis sans lui proposer, elle avait intégré le fait de changer pour laisser le temps de sécher, et attrapa une troisième toile, la première n’étant pas sèche. Prête à remettre des bandes de scotch, je lui ai proposé cette fois-ci de dessiner en grand sur la toile, et de travailler ensuite la superposition de couleurs (avec de la transparence et de l’opaque). C’était partie pour un magnifique papillon peint entièrement.

De nouveau sur la seconde toile, elle trace un grand coeur, destiné à sa famille, elle colorie celui-ci avec des crayons de couleur, puis très curieuse enlève le scotch. Ravie mais pour elle la zone blanche devait être couverte de peinture. Je lui ai conseillé une couleur claire pour contraster, ainsi qu’une brosse large.

Revenant sur la première toile, elle s’est empressée d’enlever le scotch. A ce moment je lui ai expliqué qu’une zone blanche permet également d’aérer, que la toile peut être terminée si elle décide que le blanc en fait partie, mais qu’elle peut également continuer à peindre en profitant de ces zones pour faire des motifs, avec l’explication de ce qu’est un motif. En totale confiance, elle est partie dans les motifs et l’écriture.

Un petit mot sur la seconde toile pour la terminer.

Et nous repassons sur la troisième. Elle n’avait pas oublié le scotch, elle souhaitait faire entièrement des bandes opaques et translucides. Nous avons donc dû réfléchir en étape, elle a facilement trouvé la solution ! Je me suis régalée dans ces moments, merci à elle !

A découvrir également

Back to Top